Un autre engagement initial de l’association a été de penser l’accessibilité économique du projet à toutes les familles impliquées dans la démarche et particulièrement les familles « jeunes » sans apport de capital et soumises à la procédure du prêt bancaire dans toutes ses limites et contraintes.

Cette difficulté d’accession à la propriété touche largement les ménages français aujourd’hui et des solutions sont recherchées.

Notre projet peut être pilote et mettre en lumière une solution qui répond aux contraintes financières évoquées, tout en respectant l’environnement et les critères sociaux primordiaux pour tout type d’opérations d’habitations groupées. Nous souhaitons montrer que construire écologique n'est pas plus cher qu'une construction « traditionnelle ».

C'est ainsi que l’association a réfléchi à plusieurs moyens de réduire les coûts de

construction tout en maintenant son exigence environnementale.

Travailler avec des partenaires locaux

Comme déjà évoqué plus haut, l’association a fait le choix de ne solliciter que des acteurs de l’éco construction bas-normands, entreprises artisanales et architectes. Ainsi l’entreprise Boulland basée dans l’Orne construira toute la partie Bois et l’entreprise Adéquat basée près de Bayeux réalisera les murs en paille. Les autres artisans (bioélectricité, terrassement, maçonnerie) sont aussi implantés sur le département du Calvados.

Utiliser des matériaux locaux

Concernant l’approvisionnement en paille, le collectif a fait appel à un fournisseur de la Région, agriculteur bio depuis son installation et partageant la démarche du collectif. Le choix de la paille a été fait suivant les clauses établies entre le GRAB (Groupement Régional de l’Agriculture Biologique) et l’ARPE (Association Régionale de Promotion de l’Ecoconstruction). Le groupe a choisi la paille sur le champ en production, a acquis la quantité voulue (40 tonnes) dès juillet 2008 et l'a directement stockée sous forme de round ballers en hangar. Il s’agit de paille d’épeautre et de seigle choisie pour sa qualité. Le chantier de transformation des round ballers en bottes de taille standard (80*35*45) devrait débuter très prochainement, sans doute au début de l’année 2010.

La réalisation de chantiers participatifs

A plusieurs reprises, la coopérative de construction engagera des chantiers participatifs :

  • Chantier paille/isolation

  • Chantier clos couvert

  • Chantier bâtiment commun

  • Chantier aménagement du jardin partagé et des espaces extérieurs

Certains de ces chantiers (paille et isolation/bâtiment commun/espaces extérieurs) auront une incidence financière pour toutes les familles de l’association. Cette mutualisation a été voulue pour permettre à certaines familles de continuer à vivre l’aventure collective malgré une moindre capacité d’emprunt.

Groupements d’achats

La coopérative de construction mettra en place plusieurs groupements d’achats qui concerneront tant les matériaux que les sources d’énergie (achat groupé de parquet en bois de chêne, de vitres double vitrage, de chaudières à granulés bois, etc…) .

Mutualisation financière entre les coopérateurs

Certaines des familles de la coopérative sont en capacité d’effectuer des avances de trésorerie à d’autres concernant l’acquisition du chauffe-eau solaire, du poêle à bois.

Ces avances de trésorerie seront remboursées par les familles emprunteuses par le biais des réductions d'impôts existantes et faciliteront elles aussi le maintien de ces familles au sein du projet.

Le dépôt d’une demande de soutien dans le cadre de l’appel à projet « Pré Bat » du Conseil Régional

La Coopérative de construction a répondu au printemps 2009 à l’appel à projet « Pré Bat » lancé par le Conseil Régional et l'ADEME (Agence De l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie). Celui ci a pour objectif d'accompagner les opérations écologiques exemplaires en Basse-Normandie et de valoriser celles-ci via un suivi et une communication adaptée. Très récemment, notre projet a été primé pour ce concours.

A partir de ces multiples initiatives (renvoyant aussi à la volonté de relocaliser l’économie), la future coopérative pense pouvoir minorer les coûts d’accès et permettre à chaque famille d’aboutir dans son projet de construction.